SURVOL DES ENJEUX

MISE EN CONTEXTE

NOTRE CULTURE ET NOTRE DÉMOCRATIE SONT MENACÉES.

Facebook est devenu la principale plateforme d’accès aux nouvelles au Canada, et Netflix, notre plus grand diffuseur privé. Notre univers médiatique est présentement dominé par des oligarchies numériques américaines qui ne se soucient aucunement de la santé de notre démocratie. Ces compagnies, encouragées par Ottawa qui refuse de règlementer, ne suivent que leurs propres règles. Et qu’est-ce qu’elles nous apportent? De la désinformation, de l’extrémisme et du contenu haineux. Les pires aspects de la culture populaire américaine comme la glorification de la violence, le narcissisme, la cupidité, la discrimination et l’apologie de l’ignorance sont de plus en plus omniprésents chez nous.

Il est grand temps que nous sortions de notre inertie.

Nous avons grandement besoin de dirigeants politiques qui tiendront tête à la Silicon Valley et contreront les aspects négatifs qu’elle nous apporte. Nous devons miser sur un journalisme indépendant et rigoureux, capable d’aider à maintenir notre démocratie en santé. Une programmation originale solide est également nécessaire pour assurer notre souveraineté culturelle.

Si on additionne les exonérations accordées par Ottawa aux compagnies comme Facebook, Netflix et Google, on se rend rapidement compte que, bien qu’elles n’en aient pas besoin, nous leurs accordons en réalité une « subvention » équivalente au double de celle que reçoit Radio-Canada.

LES OLIGARCHIES NUMÉRIQUES ÉTRANGÈRES C. RADIO-CANADA

VALEUR DES SUBVENTIONS ET DU FINANCEMENT ACCORDÉS PAR LE GOUVERNEMENT

NOTRE CAMPAGNE A DEUX OBJECTIFS BIEN SIMPLES :

1. Renforcer Radio-Canada pour contrer les effets corrosifs qu’ont les géants du Web sur notre culture et notre démocratie

Ce qui implique d’élever le financement de Radio-Canada jusqu’à 50$ par personne annuellement et de placer notre Société d’État à l’abri de toutes formes d’interférence politique. Maintenant plus que jamais, notre indépendance et notre souveraineté culturelle dépendent en grande partie du journalisme et de la programmation que Radio-Canada met à notre disposition.

2. Mettre fin au traitement de faveur qu’Ottawa accorde aux oligarchies numériques étrangères qui menacent notre culture et notre démocratie

Les passe-droits accordés par Ottawa à ces compagnies sont équivalents à des exonérations de plusieurs milliards de dollars et nous devons y mettre un terme. Si elles veulent faire affaire chez nous, les compagnies comme Facebook, Google et Netflix doivent être soumises à nos lois et nos règlements. C’est la moindre des choses.

LES COUPURES SUBIES PAR RADIO-CANADA AU COURS DES DERNIÈRES DÉCENNIES N’ONT PAS DE COULEUR PARTISANE

Bien que le gouvernement Trudeau ait quelque peu renversé la tendance, avec l’inflation, la petite marge de manœuvre qu’il a redonnée à Radio-Canada deviendra nulle en 2021. Et depuis qu’il a posé ce geste, le gouvernement ne se préoccupe plus vraiment de Radio-Canada. Pire encore, les libéraux ont choisi leur camp : celui des richissimes médias numériques étrangers qui menacent notre démocratie, et ce, au détriment de nos médias qui peinent à survivre.

PLAN D’ACTION

En vue des élections fédérales en octobre, nous ferons donc campagne dans plus ou moins 25 circonscriptions chaudement disputées où nous avons au minimum 1000 sympathisants. De cette manière, en faisant entendre localement nos préoccupations, nous pourrons influencer les orientations des partis au niveau national.

Les partis ont ces circonscriptions pivots à l’œil puisqu’ils savent pertinemment qu’ils doivent les gagner pour former le gouvernement. Lors du dernier scrutin fédéral, si 13 000 personnes dans 14 comtés différents avaient voté autrement, les libéraux n’auraient pas été majoritaires, et ils le savent. Nous aussi.  

Cette dynamique fait en sorte que des gens comme vous, qui habitez l’une de ces circonscriptions pivots si prisées, avez plus d’influence que ceux et celles qui se trouvent dans des forteresses partisanes. Les politiciens sont donc beaucoup plus intéressés par ce qui vous importe. Ils feront des pieds et des mains pour vous plaire, ce qui prendra la forme de promesses. Les engagements des élus affecteront ainsi nos vies à tous et à toutes.

En faisant entendre nos préoccupations localement, nous pourrons influencer les orientations des partis au niveau national.

C’est une rare occasion à saisir quand le pouvoir du peuple a le potentiel de surpasser celui des puissants groupes d’intérêts privés. Et, grâce à votre situation géographique, vous avez la chance de changer les choses pour vous, vos concitoyen·ne·s et nos médias, notamment Radio-Canada. UNISSONS NOS VOIX ET, ENSEMBLE, SAUTONS SUR CETTE EXTRAORDINAIRE OCCASION !

TÉLÉCHARGEZ LES DOCUMENTS EXPLICATIFS