À nous de choisir!

Plutôt que de prioriser les institutions qui assurent la couverture de notre actualité et diffusent notre contenu culturel, Ottawa favorise les géants milliardaires de la Silicon Valley. Si on additionne toutes les exonérations accordées par le gouvernement fédéral, force est de constater que ces passe-droits valent plus du double de ce qui est investi dans Radio-Canada.

Nous sommes donc très mal équipé pour contrer deux grands problèmes de notre époque:

  1. La propagation fulgurante d’informations fautives et de contenu haineux sur les réseaux sociaux ; cette propagation prend de plus en plus d’ampleur, alors que nos médias s’affaiblissent de jour en jour. Ce phénomène menace tout particulièrement notre démocratie.
  2. Plus que jamais, nous sommes exposés, voire inondés par des productions culturelles américaines grâce à des plateformes comme Netflix, à qui Ottawa donne carte blanche. Alors que nos diffuseurs traditionnels sont assujettis à nos lois et règlements, notamment en ce qui concerne la production et la diffusion de contenu canadien, Netflix n’a aucune règle du genre à suivre!

Si nous choisissons d’aider nos médias et accorder un financement adéquat à Radio-Canada, ils pourront alors réellement servir toutes nos communautés, faire face à cette marée de désinformation en donnant l’heure juste, faire rayonner notre culture et diffuser des histoires conçues ici, pour nous, sur nos écrans et dans nos radios.

Nous ne pouvons faire confiance aux compagnies étrangères pour placer nos intérêts devant leurs profits. Il est grand temps que nous reprenions le contrôle de cette situation qui dérape. Ce devrait être à nous de choisir ce qui adviendra de nos milieux journalistique et culturel.

Rejoignez notre campagne pour reprendre le contrôle de notre culture et de notre démocratie. Faisons en sorte que la Silicon Valley s’adapte à nos règles et non le contraire, priorisons nos médias, et donnons leur les moyens de couvrir l’actualité partout au pays et de se doter d’une programmation dont nous pouvons être fiers.

#ÀNousDeChoisir 

Distribution de tracts dans Laurier–Sainte-Marie

En cette chaude journée, Daniel Bernhard, directeur général et porte-parole des Amis, est venu donner un coup de main à nos sympathisant·e·s de Montréal, qui sont allés à la rencontre de la population pour leur parler de nos revendications concernant la crise des médias et de notre campagne.

Rencontre à l’Atomic Café dans Hochelaga

Des sympathisantes et sympathisants résidant dans la circonscription d’Hochelaga sont venus rencontrer l’équipe des AMIS à l’Atomic Café pour se procurer des pancartes « À nous de choisir » et discuter de notre campagne.

Salle comble pour notre débat dans Outremont!

Dans le cadre de l’élection partielle d’Outremont, Les Amis ont invité les candidates et candidats à se prononcer sur l’avenir de nos médias et de notre culture à l’ère de Facebook et Netflix. C’était une occasion hors du commun pour les électeurs, qui ont eu la chance d’assister à des échanges fort intéressants!

Vous n’avez pas eu la chance d’y assister? Visionnez l’événement ici!

Signez la pétition

Ottawa doit mettre fin aux traitements de faveur accordés aux géants du Web, et prioriser nos médias pour contrer la désinformation et faire rayonner notre culture.

À nous de choisir :
 Les enjeux