À nous de choisir!

Plutôt que de prioriser les institutions qui assurent la couverture de notre actualité et diffusent notre contenu culturel, Ottawa favorise les géants milliardaires de la Silicon Valley. Si on additionne toutes les exonérations accordées par le gouvernement fédéral, force est de constater que ces passe-droits valent plus du double de ce qui est investi dans Radio-Canada.

Nous sommes donc très mal équipé pour contrer deux grands problèmes de notre époque:

  1. La propagation fulgurante d’informations fautives et de contenu haineux sur les réseaux sociaux ; cette propagation prend de plus en plus d’ampleur, alors que nos médias s’affaiblissent de jour en jour. Ce phénomène menace tout particulièrement notre démocratie.
  2. Plus que jamais, nous sommes exposés, voire inondés par des productions culturelles américaines grâce à des plateformes comme Netflix, à qui Ottawa donne carte blanche. Alors que nos diffuseurs traditionnels sont assujettis à nos lois et règlements, notamment en ce qui concerne la production et la diffusion de contenu canadien, Netflix n’a aucune règle du genre à suivre!

Si nous choisissons d’aider nos médias et accorder un financement adéquat à Radio-Canada, ils pourront alors réellement servir toutes nos communautés, faire face à cette marée de désinformation en donnant l’heure juste, faire rayonner notre culture et diffuser des histoires conçues ici, pour nous, sur nos écrans et dans nos radios.

Nous ne pouvons faire confiance aux compagnies étrangères pour placer nos intérêts devant leurs profits. Il est grand temps que nous reprenions le contrôle de cette situation qui dérape. Ce devrait être à nous de choisir ce qui adviendra de nos milieux journalistique et culturel.

Rejoignez notre campagne pour reprendre le contrôle de notre culture et de notre démocratie. Faisons en sorte que la Silicon Valley s’adapte à nos règles et non le contraire, priorisons nos médias, et donnons leur les moyens de couvrir l’actualité partout au pays et de se doter d’une programmation dont nous pouvons être fiers.

#ÀNousDeChoisir 

La Guilde canadienne des médias rejoint Les Amis

Nous sommes ravis de pouvoir vous annoncer que la Guilde canadienne des médias (GCM) est officiellement devenue partenaire de notre campagne À nous de choisir! Une annonce à ce sujet a été faite ce matin en compagnie de la présidente de la GCM, Kamala Rao, ainsi que le président de la sous-section attitrée à la SRC, Jonathan Spence, qui ont tous deux signé la pétition de notre campagne À nous de choisir, symbolisant du même coup leur soutien à nos efforts.

« Les AMIS reconnaissent que nos membres fournissent un service public vital. C’est pourquoi nous soutenons cette campagne essentielle, » a affirmé Kamala Rao.

De gauche à droite : Jonathan Spence, président de la sous-section SRC de la GCM, Kamala Rao, présidente de la GCM, et Daniel Bernhard, directeur général des Amis.

« La Guilde représente un groupe très important de journalistes et de travailleurs des médias des secteurs publics et privés, qui protègent notre démocratie dans des conditions de plus en plus difficiles », a stipulé le directeur général des AMIS, Daniel Bernhard. « Le Canada a besoin du succès de cette campagne, et avec la participation de la GCM, nos perspectives de réussite se trouvent beaucoup améliorées. »

L’investissement moyen dans la radiodiffusion publique parmi les pays de l’OCDE est de 87$ par personne par année. À 34$ par personne par année, le Canada est 16e parmi les 18 pays de l’OCDE en termes de financement des médias du secteur public.

La présidente de la GCM, Kamala Rao, signe la pétition de la campagne À nous de choisir.

Comme vous avez pu le constater en observant nos publications antérieures, nous avons distribué des pancartes de la campagne À nous de choisir (We Choose en anglais) dans 22 circonscriptions pivots afin de démontrer que les électeurs et électrices donneront leur appui aux politiques – et aux politiciens et politiciennes – qui prioriseront nos médias et renforceront Radio-Canada. Alors que les élections fédérales arrivent dans moins de 70 jours, il est temps de redoubler d’efforts pour faire en sorte que le bien-être de nos médias et, tout particulièrement, le financement de nos médias publics, deviennent des enjeux prioritaires pour nos élus.

Lisa Douglas, une fidèle bénévole de notre campagne et sympathisante des Amis, était sur place pour donner un coup de main.

Rejoignez notre campagne pour protéger nos médias et renforcer notre diffuseur public en signant notre pétition, en commandant une pancarte ou en devenant bénévole. Pour en savoir davantage sur notre partenariat, vous pouvez lire notre communiqué officiel ici.

Distribution de tracts dans Laurier–Sainte-Marie

En cette chaude journée, Daniel Bernhard, directeur général et porte-parole des Amis, est venu donner un coup de main à nos sympathisant·e·s de Montréal, qui sont allés à la rencontre de la population pour leur parler de nos revendications concernant la crise des médias et de notre campagne.

Rencontre à l’Atomic Café dans Hochelaga

Des sympathisantes et sympathisants résidant dans la circonscription d’Hochelaga sont venus rencontrer l’équipe des AMIS à l’Atomic Café pour se procurer des pancartes « À nous de choisir » et discuter de notre campagne.

Salle comble pour notre débat dans Outremont!

Dans le cadre de l’élection partielle d’Outremont, Les Amis ont invité les candidates et candidats à se prononcer sur l’avenir de nos médias et de notre culture à l’ère de Facebook et Netflix. C’était une occasion hors du commun pour les électeurs, qui ont eu la chance d’assister à des échanges fort intéressants!

Vous n’avez pas eu la chance d’y assister? Visionnez l’événement ici!

Signez la pétition

Ottawa doit mettre fin aux traitements de faveur accordés aux géants du Web, et prioriser nos médias pour contrer la désinformation et faire rayonner notre culture.

À nous de choisir :
 Les enjeux